dimanche 31 janvier 2021

Nuit et jour à Paris

 de Henry Muller

Editions Delmas



Une promenade, une rêverie, dans un Paris en couleurs et en noir et blanc, pas encore sépia, mais qui tend néanmoins à disparaître, tel ces Gardes Républicains en faction devant le palais de l'Elysées... Des oiselleries où l'on vend des oiseaux, un Grand-huit sur l'esplanade des Invalides et tant de choses aujourd'hui impossibles à imaginer.

Ce livre est un livre de photographies, et de belles photographies. Certaines vues de nuit sont saisissantes mais la couleur va bien à ces barques de pêcheurs en plein Neuilly sous un ciel digne de Boudin (Eugène)...

On croitait de tels ouvrages disparus ou cachés sous la poussière de sombres greniers; il n'en est rien !

En cherchant un peu sur l'internet, on trouve ce livre édité en 1957 en vente sur différents sites; méfiez-vous cependant de certains prix astronomiques plutôt délirants !

Livre relié

22,5 x 29,5 cm - 695 g.






 

dimanche 22 novembre 2020

La Mémoire antérieure

 de Benjamin Randow

Livre édité par l'auteur; voir au bas de cet article la façon de se le procurer.



Cet auteur prolifique (quatre ouvrages en dix-huit mois) a un talent fou pour disséquer les rapports humains et nous guider dans les méandres des histoires de familles.

Partant d'un point précisément localisé dans le temps (période de l'occupation) et dans l'espace (le village du Chastel), Benjamin Randow va s'attacher aux pas quelquefois maladroits de personnages dont les destins vont se croiser, jusqu'à constituer un récit passionnant.

Le narrateur a dû vivre plusieurs vies car sa façon de nous plonger dans la vie d'un petit village perdu des années quarante ou la vie d'un Paris banlieusard des années soixante est saisissante de réalisme.

La progression chronologique du récit nous amènera au temps présent; c'est à ma connaissance le premier roman avec du Covid 19 dedans !

Comme à l'accoutumée, l'auteur n'a pas son pareil pour explorer les relations humaines, pour débusquer les non-dits et nous faire comprendre sans s'appesantir les ressorts parfois complexes de l'âme humaine. 

Une mention toute particulière pour un long passage, de la page 197 à la page 200, où Benjamin Randow nous fait littéralement suivre le fil de la pensée déjà erratique d'une mère qui rembobine sa vie, comme un traveling sans fin fait de toutes les choses qui font une existence. C'est dur la mort d'une mère. 

Je me dois de mentionner un passage plus actuel où l'auteur peste contre les aménagements stupides de la place de la Bastille et le nouvel enfer de la circulation parisienne !

Vous l'avez compris, j'ai été emballé par ce livre que je n'ai pas lâché et pour tout vous dire, j'attends avec impatience le prochain opus de ce qui deviendra inévitablement une saga !


Livre broché, 15 x 23 cm, 238 pages

***

Note à benêt: Le fait que je connaisse l'auteur de cet ouvrage ne m'a en rien empêché de faire preuve de ma légendaire subjectivité.

***

Addendum 29 novembre 2020:

L'auteur étant en pourparlers avec une nouvelle maison d'édition, la publication de ses ouvrages est momentanément interrompue.
Dès que nous en aurons connaissance, nous vous ferons part du nom du nouvel éditeur.  

***

samedi 24 octobre 2020

Portraits incertains... de certains parisiens

 de Pierre Barreteau

Livre édité par l'auteur; voir au bas de cet article la façon de se le procurer.




Pierre Barreteau est un photographe-amateur qui explore les quartiers du Nord et de l'Est de Paris.

Il arpente ces rues, un appareil photo en main, ce qui fait naître des rencontres avec des artisans, des petits commerçants, de simples passants … avec lesquels il échange quelques mots et parfois … plus !

Car regarder la ville, n’est-ce pas aussi, d’abord, apprendre à regarder ses habitants ? Et pouvoir ainsi en brosser quelques portraits … fussent-ils incertains.

Il s'agit d'un regard qui - incontestablement - a tendance à disparaître, un peu comme les regards de …. Prévert, d’Eugène Dabit … de Léon-Paul Fargue, d’Henri Calet, de Jacques Réda aussi …

Ces regards qui mettent plus en avant les petites choses et les petits gens …. que le faste et les grandes réalisations de notre capitale.

Ajoutons que Pierre Barreteau est aussi l'auteur d'un blog passionnant consacré à un certain Paris qui a une fâcheuse tendance à disparaître...

Format : 160mm x 240mm - Nombre de pages : 177

***

Pour vous procurer ce livre "auto-édité", vous devez cliquer sur ce lien .

***


samedi 8 août 2020

Ceci n'est pas une tulipe

De Yves Michaud

Éditions Fayard



L’inauguration, le 4 octobre 2019, dans les jardins des Champs Élysées à Paris, de la sculpture Bouquet of Tulips « offerte » par l’artiste américain Jeff Koons à la France en hommage aux victimes des attentats terroristes de 2015 a attisé des polémiques mêlant art, spéculation, décision politique et choix esthétiques.

Après le plug anal qui avait été exposé par un « artiste » américain sur la place Vendôme mais qui avait été retiré parce que des riverains l’avait vandalisé, Jeff  Koons a réussi à exposer la sculpture la plus grossière...
Voir ce que signifie le mot Tulip dans l’argot US (c’est pour cela que Koons tenait à ce que le nom de l’œuvre ne soit pas traduit en français), et Koons revendique que toutes ses sculptures soient sexuelles, et là il a représenté des anus (il ne s’en cache pas !)... ce que l’auteur chez Fayard (un spécialiste de l’art, et qui dirigea les Beaux-Arts par exemple) traduit donc par un bouquet de « Culips ».

Les qualités esthétiques de ce monument ne sont pas l’objet de ce livre – bien que ces « tulipes » ressemblent plutôt à des anus qu’on n’a l’habitude ni de montrer ni de nommer.
Il s’agit surtout d’analyser ce dont il est révélateur, la manière dont l’opération s’est déroulée, ce qu’elle nous apprend sur la politique culturelle et l’art contemporains, sur les modes de décision et les intérêts en jeu. Enfin, sur les conceptions actuelles de la ville et, pour le dire sans fard, son enlaidissement systématique.

La question plus générale que pose l’affaire des « tulipes » est en effet celle de l’art dans la ville, celle de la "touristification" et enfin de l’enlaidissement au nom de la quête de la beauté, du bien-être et du confort. Nos villes (et tout particulièrement Paris) sont devenues des dépotoirs où se mêlent mobiliers urbains plus ou moins design, « œuvres d’art », panneaux, équipements et aménagements en tous genres.
Il est temps de réfléchir à ces enjeux, fût-ce de manière provocante.

Yves Michaud, philosophe et critique d’art, a dirigé l’école des Beaux- Arts de Paris (1989-1997). Il a conçu et animé L’Université de tous les savoirs (2000-2013). Auteur, entre autres textes sur l’art, de La crise de l’art contemporain (1997) et de L’art à l’état gazeux (2003), il prépare actuellement la suite de ce livre qui portera sur l’esthétique des atmosphères.


dimanche 12 juillet 2020

Les légendes de Paris

de Édouard Fournier


Editions CPE




Quand j'étais petit, je me rappelle une collection de livres blancs que l'on m'offrait à Noël ou pour mon anniversaire... Contes et légendes de Bretagne, de Picardie, du Languedoc, de Lorraine, du Japon et tant d'autres.

Et bien notre livre d'aujourd'hui n'aurait pas déparé cette bibliothèque; il fait d'ailleurs partie d'un ensemble appelé "Collection Passeurs de mémoire", aux éditions CPE.

L'auteur, Edouard Fournier, a vécu de 1819 à 1880. Il a donc assisté "en direct" aux bouleversements des grands travaux du baron Haussmann voulus par Napoléon III. Et c'est peut-être pour cela que, voyant le Paris médiéval disparaître, il a tenu à retenir les légendes qui y étaient attachées.

Figures mythiques, faits réels, histoires romancées, où est la vérité, et quelle vérité ?

Cet ouvrage se consacre à trois des plus illustres légendes parisiennes: Sainte-Geneviève, Nicolas Flamel et l'homme au masque de fer.

C'est bien écrit, facile à lire, et même si comme moi vous n'êtes pas un mystique, vous prendrez plaisir à cette lecture de vacances !

livre broché

17 x 23 cm - 308 grammes

***
**
*

samedi 18 avril 2020

Paris XIX° siècle - L'immeuble et la rue

de François Loyer

Éditions Hazan





Alors bien sûr, nous pourrions nous contenter de parler d'un beau livre, un de ceux que l'on pose fièrement sur la table du salon à côté d'un ouvrage sur l'impressionnisme et d'un autre sur les châteaux de la Loire... 

Oui mais voilà, si nous sommes incontestablement en présence d'un fort beau livre, nous sommes également en présence d'un ouvrage exceptionnel qui nous explique le paysage parisien, qui dissèque les façades que nous ne voyons plus, qui sait mettre le doigt sur les détails introuvables.

Partant de "la ville traditionnelle" héritière du moyen age et de l'ancien régime, l'auteur nous fait parcourir l'histoire de l'architecture de nos rues selon la perception esthétique bien sûr, mais aussi avec une approche des mutations technologiques.

Mais n'allez pas croire que cette approche soit passéiste ! Si l'auteur a une vision critique de chaque époque, c'est avec une froide lucidité qu'il évoque "les leçons d'un échec" qu'il faudrait tirer des excès d'un urbanisme qui, oubliant l'humain, écrase la ville de son béton fonctionnel (et vers lequel certains voudraient revenir aujourd'hui...).

François Loyer, historien de l'architecture nous propose ici une somme de connaissances unique qui nous aidera à mieux décrypter la ville.

Et si vous laissez ce livre sur la table du salon, c'est parce que vous voudrez y revenir souvent !

Livre relié - 478 pages

31 x 24 cm - 2,830 kg